Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 19:15





Et voilà, ça devait bien finir par arriver !

À force de vagabonder au gré des petites routes de campagne suédoises puis allemandes, luxembourgeoises, belges… remontant à contre courant le vol des oiseaux migrateurs, je suis arrivé…
chez moi !

Drôle d'impression de retrouver la banlieue parisienne.
Mais content quand même de changer pour un temps de chez-soi et de troquer le mobile pour le stationnaire. Jusqu'à la prochaine virée ;o)

Le printemps a été vraiment sympa. Pour m'éviter un trop fort choc psychologique, il s'est élégamment retiré pour laisser l'hiver m'accompagner presque jusqu'au bout de ma balade (trois jours de grêle puis de neige en Allemagne avec brouillard givrant et nuits en dessous de zéro).

Je suis donc arrivé hier soir sans encombre après une journée dans les Ardennes à me promener dans la vallée de la Semois et faire encore une ou deux aquarelles. Et j'ai déjà croisé quelques-uns d'entre vous ! Ça fait plaisir ! :o)

°I°I°I°I°I°I°I°I°I°I°I°I°I°

Bon, je suis de retour, mais cette aventure n'est pas encore à enregistrer au registre du passé car il faut maintenant (j'y ai passé déjà toute cette journée) vider la voiture, trier les affaires, laver, réparer, ranger, trouver une place pour les trésors de voyage. Et puis, il faudra encore trier les photos, terminer les aquarelles, raconter encore deux ou trois anecdotes sur ce blog, préparer un pot de retour avec projection des photos… :o) Bref, pas de quoi s'ennuyer en prolongeant encore un peu ce partage avec vous. Partage commencé il y a presque trois mois.
(…j'ai l'impression d'être parti plus d'un an !… Albert avait raison ! ;o)



@ bientôt donc pour la suite…

PS. Bien entendu, la folle météo de Gävle, c'était un hareng pourri, comme on dit là-bas ! ;o)
Mais bon, ça aurait pu être vrai !…

.."Un pas plus loin pour voir si derrière l'horizon, la terre est toujours ronde" - PhR..
Repost 0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 10:44


La météo est folle : hier pluie et ce matin -22°C !
Les cannaux de Gävle sont à nouveau gelés.








Hier soir, je suis allé parler de mon voyage à l'occasion d'un cours du soir de Français que donne Bernadette. C'était très sympa.
Ce matin, je reprend la route en direction de l'Ouest. Prochaine étape obligée (j'ai mon billet), le bateau entre Götteborg et Kiel dans la nuit du 3 au 4 avril.

Je ne sais pas si j'aurai l'occasion d'envoyer d'autre messages avant mon retour, mais j'en ai en préparation sur mon portable :o)

@ suivre…

.."Un pas plus loin pour voir si derrière l'horizon, la terre est toujours ronde" - PhR..
Repost 0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 18:40







Ah, il faut quand même que je vous présente mes compagnons de route !

  • D'abord Rosie,
la cochonette qui aurait préférer naître dragone (mais on choisi pas !) et qui souffrait depuis une froide nuit finlandaise d'une grave extinction de voix. Curieusement, elle l'a retrouvé (sa lumière aussi) le jour où j'ai fait son portrait dans mon carnet…
Rosie m'accompagne depuis ma fête de départ à Fresnes mi-janvier.
Petit cochon lampe et porte-clefs venant de Chine (année du cochon !) qui m'a souvent bien dépanné.

  • Et puis Galipette,
l'élan pas terne qui a rejoint l'équipe à Bjørnevatn, le 3e jours de la balade à ski quand j'ai enfin réussi à réparer la première fois la fixation dévissée. Galipette (qui adore faire des roulades) dormait toute la journée au fond de la pulka depuis le jour où, s'étant détaché de mon sac à cause du vent, il s'était rattrapé in extremis à mes raquettes et sortait le soir pour s'installer dans la poche de la tente et surveiller le camps pendant la nuit.
Galipette est en tissu réfléchissant. On trouve souvent des membres de sa famille sur les sacs à dos des enfants pour aller à l'école. Comme sur celui de ma copine Eline (fille de Tor et Seija pour ceux qui suivent ;o)

Galipette est le seul élan que j'ai vu jusqu'à présent.



.."Un pas plus loin pour voir si derrière l'horizon, la terre est toujours ronde" - PhR..

Repost 0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 11:42






En parlant de changement (ski nordique > ski de fond)…

Si certain(e)s d'entre vous se lamentent de ne plus pouvoir entrer dans leurs vieux Jeans, laissez tomber les diététiciens et inscrivez-vous dès maintenant pour m'accompagner dans ma prochaine balade. Si la balance dit juste et si je n'ai pas repris du poids au chalet, je me suis allégé de… 11 kg !
C'est moins que Pulkinouchouchinette, mais quand même, c'est bien agréable.



:::::::::::::

Dans la série "perte de poids", il faut que je vous dise qu'après mon dernier message envoyé depuis Tankavaara, j'ai passé une très mauvaise nuit.
Oh, pas du tout à cause de la lecture de vos commentaires ;o) mais parce qu'une dent de sagesse qui m'avait déjà taquiné par le passé s'est rappelée à mon bon souvenir le dernier soir de ma balade près du feu. Au cours de ma dernière demi-journée de ski, pas trop de problème et je n'y pensais pratiquement plus en envoyant mes messages. Mais une fois couché… Ouillouillouille !

Ce n'était pas comme une carie, sensible au froid ou au chaud, mais une douleur sourde, sensible à la pression et permanente qui, telle la houle, venait cogner régulièrement la base de ma falaise nerveuse. Cela me rappelait le fort douloureux abcès que j'avais eu il y a quelques années sous une molaire mal soignée pendant mon service militaire. Ça pouvait passer tout seul, mais ce n'étais pas guaranti. Un 2e cachet de paracétamol m'a permis de dormir tant bien que mal quelques heures mais j'ai dû remettre ça en cours de nuit.

Le lendemain, l'attente du bus dans l'air frais du matin (-16°C) m'a fait du bien, mais le voyage jusqu'à Rovaniemi fut un cauchemar. Autant dire que j'ai peu profité du paysage ensoleillé, des arbres couverts de givre, des lacs, des rivières fumantes, des collines boisées… Pareil entre Rovaniemi et Tornio à la frontière entre la Finlande et la Suède.

Deux heures d'attente après avoir passé la frontière à pied (800 m entre les deux gares routières qui m'ont fait gagner une journée de bus) et j'ai repris un 3e bus pour Luleå. Là, surprise, je suis tombé sur un fort sympathique chauffeur qui ne parlait pas Anglais (ceux de Finlande non plus) mais parfaitement le… Français !
Fehmi, Tunisien d'origine, marié à une Finlandaise, m'a fait la conversation pendant presque tout le voyage, ce qui m'a fait un bien fou, me permettant de ne plus penser qu'à la douleur (Grand merci et amical salut à toi Fehmi si tu passes par ici :o).
À Luleå, il m'a laissé à l'arrêt le plus proche du garage où j'ai retrouvé ma voiture qui a démarré au 2e tour de clé. Super, mais je n'étais plus en état de m'en réjouir.

Le temps de charger la pulka qui était restée dans la neige devant la loge du gardien (je n'avais pas voulu tester sa capacité à glisser sur le béton ;o) et je me suis retrouvé complètement abruti au volant de ma voiture glacée, dans une ville mal connue envahie de neige, de nuit, avec une heure de décalage horaire, ne sachant où dormir (pas question de retourner à cette antipathique auberge de jeunesse), avec une terrible rage de dent (qui avait quand même eu le bon goût de ne pas se déclencher plus tôt !!!! C'était ma seule consolation !) et à peine un jour et demi après être sorti de la forêt et de l'isolement des derniers jours. Quel choc !

Épuisé, je me suis rendu à la gare espérant pouvoir dormir sur le parking (payant, limité à quelques heures - raté), puis, au hasard des rues, sur un parking d'une zone de bureaux (non payant, mais isolé et éclairé par d'agressifs projecteurs… encore raté), puis, toujours au hasard, dans une petite rue calme entre des petites maisons chaleureuses et… le cimetière (Bof). Assis comme un zombie devant le volant de cet engin roulant, je me sentais absolument comme un poisson posé sur la table à côté de son bocal. Comme la voiture était toujours froide (-6°C dehors), j'ai finalement pris la décision de quitter momentanément mais au plus vite cette ville, de rouler un peu pour chauffer l'habitacle et de revenir éventuellement le lendemain si ma dent n'allait pas mieux.

J'ai pris la route du retour vers le Sud sur une chaussée rendue très glissante par une fine couche de neige recouvrant du verglas frais et après quelques kilomètres, j'ai trouvé une pancarte salutaire indiquant une possibilité de logement à Sundet (petits groupes de maisons non loin de la ville). Avec ma dent qui me faisait de plus en plus mal j'avais besoin d'un minimum de confort et cette possibilité de dormir au chaud m'a un peu redonné de l'énergie.

Mais il était déjà 20:00 et personne n'a répondu aux sonnettes que j'ai finalement trouvé aux portes de maisons chaudement éclairées.
J'y fini par me résoudre à repartir et ai garé ma voiture sur la petite route enneigée qui conduit à Sundet. D'abord manger, pour avoir les idées plus claires. À ce moment, est arrivé sur la route, à pied, un gars. Il parlait Anglais. Après interrogation il m'a dit "Oh oui, bien sûr on peut dormir à Sundet, mais il est trop tard !…" Comme j'insistais, il a quand même téléphoné au "responsable" et, après bien des palabres, m'a dit gêné que, effectivement, c'était trop tard pour avoir une chambre (incroyable), mais qu'il y avait une solution : si je retournais en ville, repassais le pond, après le feu, je trouverais un bâtiment… là, je l'ai arrêté tout de suite car j'avais compris, j'étais tombé sur l'équipe qui gère la pseudo auberge de jeunesse et le "responsable" qui venait de me "laisser à la rue en plein hiver avec une rage de dent" devait être ce type fort antipathique que j'avais rencontré à l'aller ! Pas question de fréquenter à nouveau ces charmantes personnes et de leur donner un centime de SEK de plus. Le gars est reparti vers son hameau, sorte de lieu communautaire à mi-chemin entre une secte et une colonie de vacances, me laissant avec mes problèmes.

Après avoir quand même avalé un bout de pain mou avec une sorte de crème de crustacés (les seules choses que je pouvais absorber) et bu un peu, je me suis senti mieux, l'endroit était calme et plat, la voiture enfin chaude et j'avais retrouvé le réconfort de la forêt (Curieux n'est-ce pas ? Beaucoup diraient sans doute "après la forêt, j'avais retrouvé le réconfort de la ville", mais je vous assure que ce fut vraiment l'inverse pour moi). J'ai donc décidé de rester là, à 200 m de ce lieu si accueillant, autant parce que l'endroit était finalement plaisant que pour que l'équipe charitable de Sundet voit bien ma voiture demain matin en passant sur leur route après une bonne nuit passée dans des draps chauds.

Deux cachets avant de dormir puis deux autres au milieu de la nuit m'ont permis de dormir un peu. J'ai quand même écrit dans mon carnet :
  • "2:30 - La douleur est revenue au milieu d'un rêve comme une vague de crue emportant tout sur son passage. Sorti à moitié du duvet ai trouvé eau et cachets. Je ne suis en général pas trop sensible à la douleur, mais là, c'est insupportable. Demain, dentiste !
  • 3:00 - La rivière a retrouvé son cours normal, les cachets font à nouveau de l'effet (pour à nouveau trois heures trente ?). Redormir absolument, avant la prochaine crise (…)"
 
J'ai finalement redormi jusqu'à huit heures et vers dix heures suis retourné à Luleå.

Je passe sur les détails mais j'ai finalement trouvé l'adresse d'une amie francophone de Bernadette qui pourrait sans doute m'aider à trouver un dentiste. Malheureusement elle n'était pas chez elle. Je me suis donc débrouillé (là aussi, ça mériterait tout un récit) pour finalement trouver un centre de soins dentaires (d'État) où j'ai eu un rendez-vous pour 13:00, l'après midi même. Grâce au paracétamol, j'ai même réussi à dormir un peu après mon "repas en tube", sur un parking à côté du centre.
12:40 Brossage des dents en douceur, nouveau paracétamol.
12:50 Salle d'attente.
13:20 C'est enfin mon tour.
J'ai tiré un bon lot à cette loterie dentaire où travaillent une bonne dizaine de dentistes : une jeune dentiste parfaitement charmante, efficace et anglophone et son assistante tout aussi prévenante. Première chose, expliquer mon histoire et mon périple à ski pour justifier mon allure de vagabond au pantalon usé et sale. Aucun problème !
Une radio et quelques minutes plus tard, le verdict tombe : infection sous la dent de sagesse dévitalisée, au niveau d'un pivot dans une racine fendue (je ne m'étais pas trompé concernant l'abcès). Solution possible et fortement conseillée :  l'extraction !
J'ai dit oui tout de suite et à 14:00, je ressortais allégé, soulagé, découvrant le monde sans le brouillard qui envahissait mon esprit ces derniers jours et pouvant à nouveau faire des projets et envisager la suite. (Pâques avec trois jours d'avances ;o)
Deux regrets quand même, n'avoir pas demandé à garder cette dent en souvenir et n'avoir pas pensé à prendre en photo mes anges gardiennes.

Heureusement que cette dent avait attendu la fin de mon périple à ski. Autrement, c'était l'abandon assuré de ma belle balade avec rapatriement forcé vers le Sud. Finalement, tout s'est passé pour le mieux (ou le moins pire ;o) et cette douloureuse histoire finit par en rejoindre bien d'autres dans la boîte des souvenirs épicés qui donnent saveurs aux voyages.

@ suivre…
Repost 0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 19:23




Bonjour tout le monde.
(Merci encore pour vos derniers messages, c'est toujours un plaisir pour moi de vous lire !)

Et oui, me voici, pour quelques jours, revenu dans le monde civilisé.

Avec une bonne connexion internet depuis mon portable avec clavier en Français (zut, je n'ai plus de mauvaise excuse pour les fottes) et avec toutes mes photos retrouvées ;o)
En revanche, ma dernière cartouche de photos reste illisible sur mon lecteur amovible et il vous faudra attendre mon retour pour pouvoir les voir (je vous mettrai quand même quelques nouvelles photos de la cartouches d'avant sur l'album).

Je suis donc a nouveau à Gävle chez Bernadette et Kjell où je suis arrivé hier après midi, après avoir passé 4 jours dans leur chalet, 150 km plus au Nord-Ouest. Ici les trottoirs et les toits sont encore blancs de neige, mais j'ai eu, ce matin, ma première averse de pluie. Ça m'a fait une drôle d'impression de retrouver ce phénomène météo que j'avais fini par oublié (pas une goutte depuis deux mois !).

Au chalet, j'en ai profité pour récupérer un peu, avancer mes aquarelles et faire un peu de ski. De fond, cette fois !
Et bien, je peux vous affirmer que ce que j'ai fait pendant ma balade n'était pas du tout, mais alors pas du tout, du ski de fond ! Rien à voir !
Pour preuve, les douleurs aux muscles qui s'étaient fait oubliés pendant tout ce temps.
Les premières centaines de mètres furent d'ailleurs très difficiles et périlleuses. Pensez donc : des skis étroits, qui glissent (!!!), dans les deux sens en plus, pas de boulet dans le dos pour freiner (ou doubler), des rails dont on ne peut sortir facilement, des muscles crispés, un départ hors piste casse-g… et la trouille de faire une mauvaise chute… Heureusement, les réflexes sont revenus après quelques kilomètres et le deuxième jour, j'ai fait le tour des 7,5 km en 45 mn. Ce n'est pas vraiment une performance mais comparé à mes 6 km par jour du début en Norvège, quel changement ! En parlant de changement… (mais ce sera pour un prochain article ;o)


Bref un moment de transition bien agréable avec une bonne neige, des températures raisonnables, tout le confort (sauna en prime), et le dernier soir, une virée de 10 km sur une piste déserte, baignée de la lumière dorée du soleil couchant qui incendiait la moitié de la forêt. Grandiose ! (je n'avais pas emporté mon appareil photo :o( mais en rentrant, j'ai démarré de mémoire deux aquarelles qui rendront peut-être un peu de la magie de ces minutes de rêve. Peut-être…

Pour des raisons de mise à jour d'agenda professionnel, je dois attendre mardi avant de reprendre la route (après, je n'aurai plus trop la possibilité de consulter mes mels avant mon retour vers le 10 avril) et j'aurais sans doute l'occasion de vous envoyer d'autres messages. En particulier sur ma vie de Hors-la-loi a Sud d'Inari… ;o)

C'est pas terminé, @ suivre…
Repost 0
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 17:00

Bonjour a ceux qui ont eu le courage de me suivre jusqu'ici ;o)

Un vieux PC qui plante, un connexion hyper lente et un cafe senseëtre ferme depuis  30 mn,  le message sera court. Je ferais plus long dans une semaine.

J'ai donc termine la partie ski tout a l'heure a Tankavaara (sud de Saariselkä)
:o)
Je e serais b
ffert un restau avec renne au menu, mais ici, l'hiver, ca ferme a 17:00 :o(

Tout s'est bien termine malgre un temps desastreux (jusqu'a + 6C !!!!!). Neige collante qui a definitivement cassee une de mes fixation. Depuis une semaine, je skie avec de la ficelle en renfort ! Mais ca a tenu jusqu'au bout. Je vous donnerais plus de details la semaine prochaine avec un ordinateur plus stable.
Demain matin, je prends le bus et apres demain recupere ma voiture.

@ bientôt pour la suite...

PS. Vos commentaires me font toujours tres plaisir (je les lis tous). Comme moi, ne faiblissez pas ;o)

Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 15:57

undefined

 

Voila, j'ai mis quelques nouvelles photos dans l'album "Kirkenes-Inari"
Pour les legendes, il faudra attendre mon retour ;o)

undefined

Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 14:14

undefined

 

Ca y est, je suis arrive a Nellim !!!!

Pas evident car je n'avais aucune indication sur les pistes possibles en Finlande. Mais ca s'est finalement passe plus facilement que ce que je pensais.
Depuis le depart de Kikenes et jusqu'a la frontiere, je n'ai fait que monter (pas beaucoup, juste 200 m, mais quand même !) et en gros, depuis que je suis en Finlande, je descends (si je ne compte pas la derniere portion sur la route toute droite qui se moque du relief ! ;o) Du coup, j'ai reussi a depasser les 10 km par jours. La pulka est un peu plus legere aussi, apres 20 jours de repas en moins.

Le passage de la frontiere n'a pas ete evident car le relief etait plus marque et j'ai dû progresser pratiquement sans trace et les rares que j'ai trouve etaient remplies de la neige tombee toute la journee precedente. Neige epaisse (jusqu'a 20 cm) et lourde. Heureusesement, il faisait tres beau et je partais d'une cabane (ou j'avais passe deux jours) pour arriver dans une autre (ou je suis reste une journee).
Mon entree difficile en Finlande (je n'ai fini par trouve la cabane que de nuit par - 18C) fût quand même saluee par un magnifique lever de pleine lune a travers les arbres et une superbe aurore boreale sur le lac pendant que je creusais 60 cm d'epaisseur de glace pour trouver de l'eau.
Depuis que je suis passe en Finlande, il fait plutôt beau, mais les temperatures ont chutees (-30 il y a deux nuit !) Je comprends pourquoi j'avais du mal a me rechauffer les pieds dans le duvet ! ;o). Apres deux nuits sous tente, j'etais bien content de trouver hier soir (apres 15 km de ski) une guest house ouverte et un sauna bien chaud.

Aujourd'hui la connexion internet, se fait chez le depanneur du coin (epicerie, cafe, bar, station service, poste, internet... ceux qui parlent Quebecois avaient compris ;o) ou il n'y a pas grand chose a achetre d'ailleurs ;o) Heureusement, il me reste encore beaucoup de nourriture de base. Je suis seulement un peut juste en petits dej. (mais ca, j'ai trouve).

Apres avoir etudie les nouvelles cartes de pistes motoneiges et l'emplacement des cabanes, je vais finalement aller maintenant plein ouest jusqu'a Inari ou je pourais refaire vraiment le plein. Je dois avoir 3 ou 4 jours de route entre les deux (que du lac), mais comme il y a des cabanes (2), je prendrais sans doute quelques jours de plus.

Ensuite, je pense revenir vers Ivalo par une piste de motoneige qui passe a terre par le sud (avec une cabane au milieu du parcours).

A Ivalo, on verra ;o)
Mais c'est maintenant evident que je prendrais le bus pour retourner a Luleå (je prefere flâner dans le nord que de filer le plus vite possible vers le sud et la civilisation ! ;o).

Côte animaux, l'ours m'a peut-être vu, comme le suggere Philippe ;o) car, ici, en janvier, ils en ont vu deux (a cause des temperatures trops elevees). Avec les - 30C de l'autre nuit, ils ont dû retourner se coucher :oD
A part des traces (tres nombreuses), je n'ai vu que des mesanges lapones, quelques rares corbeaux et six cariboux.

Pour le materiel, la fixation reparee chez les militaires norvegiens a tenu le coup. Il faut dire que j'avais mis le paquet en nouvelles vis. La pulka se porte bien (a defaut de toujours bien se tirer). Ma scie m'a lâchee, mais j'ai reussi a faire une reparation de fortune qui tient le coup. Une de mes rondelles de bâton montre des signes de faiblesse, mais ce n'est pas vraiment un probleme. J'ai dû, plusieurs fois, redresser a coup de bûches la pointe de mes piquets a neige. J'ai deux cuilleres au lieu d'une (ca arrive quand on a de trop grosses chaussures ;o) J'ai du refaire la "poignee" du couvercle de ma bouilloire et me fabriquer une belle raclette en pin pour la poele... J'en oublie sans doute. Ce genre d'activites fait aussi partie de ce genre de promenades ;o)
Que Francois se rassure, je n'ai pas encore utilise la scie ou la machette pour plier la tente ( je me contente juste parfois de la traiter de tous les noms ;o)

Dans les cabanes (ou j'ai passe a chaque fois une ou deux jours, j'ai reussi a faire des aquarelles, mais avec les journees tres courtes, il faudra que je les termines plus tard.

Voila pour des nouvelles fraiches (encore - 25C aujourd'hui).

Je vais voir maintenant si je peux envoyer quelques nouvelles photos (suveillez les albums)

@ suivre...

Repost 0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 12:37

 

undefined

Toujours pas d'ours mais une nouvelle connexion ! :o)

Cette fois, ce sera vraiment la derniere avant Nellim en Finlande (a moins que...)

Et oui, je suis toujours en Norvege !
Vaggatem (69*12.666N 29*09.018), pour ceux qui suivent sur Google Earth, par exemple ;o)

Ca n'avance pas tres vite malgre la pulka qui s'allege de jour en jour et le terrain relativement plat (8 km par jour en moyenne - je dois faire entre 3 et 4 km/h).
L'installation et le rangement du camp me prend beaucoup de temps et les journees sont courtes. Il me faut parfois 3/4 d'heure juste pour monter la tente ! Quand les arceaux sont bouches par la glace (c'est systematique maintenant) et que je dois souffler sur chaque extremite pour faire fondre le bouchon, quand la toile gelee est plus raide que la peau d'un tambour de chaman et qu'il n'est pas raisonnable de retirer les gants tres longtemps, ca occupe !... ;o)
En revanche, pour le reste, je commence a prendre de bonnes habitudes qui me font gagner du temps et  je me fais, par exemple, de beaux feux de camp presque tous les soirs. C'est agreable quand il fait - 23C comme vendredi soir, et ca me permet de faire un peu secher mon duvet tout mouille a l'exterieur (quand il ne neige pas ! ;o).
Plein d'aventures, depuis le dernier message, difficiles a raconter ici sans risquer de rater la cabane de ce soir.
Hier dimanche, j'ai ete a nouveau super bien accueilli dans une famille de "retraite" (j'ai l'impression que ca n'existe pas ici la retraite) tres actif (Edith est patronne du camping et loue quelques cabanes dans la region) : repas, lit, sauna pres du lac, sechage de mes affaires, etc...
Mais entre les deux foyers, que du camping et beaucoup d'humidite.

En gros, sans entrer dans les details :
de beaux paysages enneiges ; du ski nautique tire par un traineau et des chiens (toute une journee et avec quelques belles gamelles ;o) ; un changement force d'itineraire ; la fixation du ski droit qui a lache a nouveau ; une reparation dans une caserne le long de la frontiere Russe ; des militaires qui m'ont trace une piste juste pour moi dans la zone interdite pour m'eviter de faire un detour ; du soleil, mais aussi une terrible tempete de neige samedi avec vent de face toute la journee ; et une assez belle aurore boreale (magnifique s'il n'y avait pas eu de voile nuageux)...

Voila pour quelques nouvelles et pour rassurer ceux qui pensaient que mon voyage n'etait que bons repas sur le bateau ou a l'hotel ! ;o)

Maintenant, c'est reparti pour un bon moment sans village, mais avec quelques cabanes ouvertes ou je passerais sans doute quelques temps pour peindre (chose impossible a faire depuis le bateau).


@ suivre !...

Repost 0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 15:11

 

undefined

Et oui, la probabilite de croiser des ours est pour l'instant inferieure a celle de trouver un acces internet en pleine forêt ! ;o)

Je suis sur la bonne route, a trois jours de Kirkenes, mais il m'en a fallu 6 pour arriver jusqu'ici !

En fait, le premier jour, j'ai loupe une bifurcation sur un plan grifonne a la main par le gerant de l'hotel et je me suis retrouve sur un mauvais chemin. Comme je n'avais pas de carte detaillee du lieu, je ne m'en suis vraiment rendu compte que le lendemain apres midi apres avoir dormi pres d'un petit lac gele et avoir gravi des pentes dignes du Jura avant de finir sur un cul de sac venteux avec congeres speciales "retournement de pulka". Le chemin que j'ai suivi etait super bien trace pour ski de fond au debut et puis apres plusieurs km, plus rien, juste une trace de skieurs.
Pour arranger tout ca, une fixation de ski avait lâche et apres avoir fait le chemin a pied sur neige bien dammee, j'ai dû chausser les raquettes.
Et bien je peu confirmer que tirer un pulka de 60 kg, c'est pas exactement comme tirer une pulka de 15 kg !!! Une fois au sommet ( 200 m seulement), j'ai dû refaire tout le trajet dans l'autre sens pour retrouver mon chemin ! Et, ensuite, trouver absolument un endroit ou reparer ma fixation.
Je vous passe les details, vous imaginez que ca n'a pas ete tres simple. Mais, du coup, j'ai croise des gens tres sympas qui m'ont aide pour mes skis et je me trouve actuelement dans la famille de l'un deux sur la route du Sud. Et comme ils on internet, alors, j'en profite ; même si j'ai un peu de mal apres une presque semaine de camping sauvage.
Le debut a donc ete difficile et j'ai dû m'arrêter hier toute la journee pour recuperer de ma balade en altitude : debut de tendinite, mal au dos et debut d'ampoule (il fait trop chaud et mes bottes sont humides).
Ca a ete assez efficace ! J'avais aussi besoin de me rehabituer a cette vie nordique. De prendre un peu de temps, d'infuser...

Au hasard de mes rencontres, on m'a aussi donne une super carte topo qui va me servir jusqu'en Finlande, avec toutes les pistes et cabanes ouvertes indiquees et j'ai de nouvelles signatures sur mes skis et d'autres choses encore, mais il faut que je garde des anecdotes pour mon retour ;o).
Maintenant, le terrain sera pratiquement plat jusqu'a Inari (de toute facon, ca ne peut plus être pire que les trois premiers jours).

La meteo est mauvaise, autour de zero degre et toutes mes affaires sont humides, voire mouillees : fringues, bottes, duvet, matelas... Ca devrait s'arranger (plus froid) d'ici 4 ou 5 jours. Et d'ici quelques jours, je trouverai des cabanes pour tout faire secher. Voila pour le depart (pas trop serein) du coup, j'y vais molo pour la suite. Avant hier, sur le fjord et le lac qui lui fait suite, j'ai fait presque 14 km, mais ce sera sans doute le reccord pour quelques temps. Ma tendinite a disparu grâce a ma journee de repos, mais je dois faire attention aux ampoules. Si non, le lieu est superbe et je commence a reprendre le rythme de la vie du courreur des bois. installer sa tente, couper du bois faire le feu, un trous dans la glace, etc. Je me sens bien loin de la vie dite normale ! ;o)
Pas encore de vraie aurore boreale pour le moment. Aller, il ne faut pas abuser de la connexion et une bonne odeur de dîner diffuse dans le chalet !


@ suivre...

PS. J'ai enfin reussi a mettre des photos !!!

Repost 0

Présentation

  • : Un pas plus loin...
  • Un pas plus loin...
  • : Les carnets de voyages de Philippe Rabagnac - Guide en Laponie finlandaise (hiver 2011) - Le tour du Sapmi en solo (hiver 2008) - Vie de trappeur au Yukon - Et autres balades...
  • Contact

N'oubliez pas...

Commentaires Blog Lokikirja

Recherche

Commentaires

Pour signer mon livre d'or, c'est ici !
Visiteuses, visiteurs n'hésitez pas à me laisser des commentaires (voire un simple petit coucou), quand vous passez par ici...
Juste pour m'encourager...  ;o)
Si vous rencontrez des problèmes pour laisser un commentaire, lisez ce billet.
Si vous voulez m'envoyer un mel, c'est ici

Archives

Droits

Les textes, photos et illustrations publiées sur ce blog sont soumis aux droits d'auteurs. Leur publication (sans modification) sur le web (hors sites commerciaux ou illégaux) est autorisée, à condition de citer l'auteur, la source et de créer un lien vers cette page. L'utilisation sur support papier, cd-rom, DVD ou en vue d'une projection est interdite.

L'auteur de ce blog n'est pas responsable du contenu des commentaires.